Un faux site d'injection supervisée à Ottawa pour sensibiliser la population

Des représentants communautaires invitent les résidents d'Ottawa à visiter, lundi matin, un centre d'injection de drogue supervisée factice. Ils souhaitent ainsi sensibiliser la population aux avantages d'offrir des services aux toxicomanes et d'améliorer la santé de ces derniers.

Cette initiative concorde avec le second anniversaire de la décision de la Cour suprême du Canada qui ouvrait la voie aux centres d'injection supervisée. Le plus haut tribunal au pays avait statué que le centre Insite de Vancouver pouvait continuer de se prévaloir de l'exemption à la loi qui lui permet d'offrir ses services.

Dans son jugement du 30 septembre 2011, la Cour suprême s'était fondée sur l'article 7 de la Charte des droits et libertés: « Chacun a droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de sa personne; il ne peut être porté atteinte à ce droit qu'en conformité avec les principes de justice fondamentale. »

Dès 9 h, à Ottawa, un faux site est ouvert sur la rue Murray, près de la rue Cumberland. L'organisme Campaign for Safer Consumption Sites in Ottawa (CSCS) rappelle que c'est dans la capitale nationale qu'il y a le taux le plus élevé de toxicomanes infectés par le VIH en Ontario.

Au cours de la dernière année, 36 personnes sont mortes à la suite d'une surdose à Ottawa, soit un décès tous les dix jours.

Par ailleurs, le Centre de santé communautaire de Côte-de-Sable compte déposer une demande d'ici décembre à Santé Canada afin d'ouvrir dès l'an prochain un centre d'injection supervisée dans le quartier.

Le conseiller municipal du quartier Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, ne voit pas ce projet d'un bon oeil, estimant que le quartier est principalement touristique et commercial.

De leur côté, le chef de la police, Charles Bordeleau, et le maire d'Ottawa s'opposent eux aussi à cette demande. Jim Watson privilégierait davantage un centre de traitement pour les jeunes toxicomanes.

By Geneviève Garon
Source: Radio-Canada